Maigres en 2018 : critiqués et incompris !

De nos jours, des voix s’élèvent pour défendre les personnes corpulentes. Cela ne veut pas dire que ces personnes ne sont pas victimes de moqueries, voire de harcèlements, mais que le fait de les moquer commence à être mal vu. Ce qui est une amélioration notable. Cependant, les oubliés de l’histoire, ceux qui continuent à subir un lynchage systématique, ce sont les personnes maigres.

Etre maigre face au mur de l’incompréhension

Comme le dit Léa, 1,75 m pour 52 kilos : « Lorsque l’on est maigre, les gens considèrent que c’est de notre faute, que c’est parce que l’on ne veut pas prendre de poids et qu’il nous suffit de manger. En d’autres termes, on est forcément suspecté d’anorexie. »

Pourtant, ce n’est pas le cas, Léa mange selon sa faim, mais ne prend simplement pas de poids. « Je souffre de cet état et je m’en plains. Je me sens mal d’être si maigre. Mais, les gens me répondent que j’ai de la chance, que je ne devrais pas me plaindre car, eux, ont du mal à ne pas grossir. Cela dure depuis mon adolescence et, même si je m’accepte tout de même mieux maintenant que j’ai 30 ans, j’ai l’impression que je n’ai toujours pas le droit de me plaindre de ma maigreur devant les autres gens. »

Les canons de beauté tendent vers la maigreur

Ce phénomène s’explique d’abord par les canons actuels de beauté qui sont à la maigreur alors que, si l’on remonte dans le temps, les rondeurs et l’embonpoint étaient plus à la mode. Aujourd’hui, les gens cherchent donc plutôt à maigrir ou du moins à contrôler leur poids pour ne pas prendre de kilos. Chose rendue difficile par la sédentarisation et la malbouffe. Ainsi, lorsque qu’une personne est maigre naturellement, et qu’elle n’arrive pas à prendre de poids, on ne lui laisse pas la liberté de se plaindre car on la considère comme chanceuse. On pense même qu’elle fait exprès d’être maigre. Ce qui n’est pas forcément le cas.

Maigre critiques

Léa, au contraire, cherche à prendre du poids : « J’essaye de rajouter le maximum de calories dans mes plats en misant sur le gras. Je vais au fast-food assez souvent pour essayer de gagner quelques kilos, même si je sais que ce n’est pas bon pour la santé. Mon médecin m’a aussi prescrit des compléments alimentaires hypercaloriques et un régime pour prendre de la masse. Malgré tout ça, j’ai encore du mal à prendre ne serait-ce que quelques grammes et à les garder. »

Etre mince, la nouvelle référence

Dans les temps reculés comme la Préhistoire ou, plus proche de nous, le Moyen-âge, obtenir suffisamment de nourriture pour bien vivre n’était pas aussi aisé que dans les sociétés modernes d’aujourd’hui. A ces époques, avoir des formes était considéré comme attirant parce cela reflétait une bonne santé, ou une certaine richesse. Bref, cela envoyait un signal positif. Aujourd’hui, c’est différent car trouver de la nourriture n’est pas plus difficile que d’aller au supermarché et il est devenu inutile de faire des réserves. Pire, la multiplication des aliments hypercaloriques a rendu la prise de poids beaucoup plus courante. Et cette prise de poids est maintenant associée à des risques pour la santé. Il n’est donc pas surprenant que la minceur soit devenue le nouveau canon de beauté. Ce canon s’affiche d’ailleurs largement au cinéma, dans les publicités et dans les magazines.

Body Positive tendance

Mais, un nouveau courant émerge progressivement, celui du « bodypositive, » qui prône le droit à avoir du gras, le droit à avoir des courbes et l’acceptation du corps naturel. C’est donc un courant qui va à l’encontre de la dictature des canons de beauté imposant un corps mince à l’extrême. Or, pour s’imposer, ce courant semble devoir passer par une phase de dénigrement des femmes minces.

L’opposition contre la maigreur

Le dénigrement de la minceur dans le mouvement « bodypositive » a quelque chose de paradoxal puisque, ce mouvement est censé prôner l’acceptation d’un corps naturel et parce que les personnes qui sont minces sans le vouloir payent le prix de ce dénigrement. Tout se passe comme si les minces et les non-minces étaient mis en concurrence.

« Pourtant, je ne demande rien à personne, je veux juste être acceptée comme je suis. » dit Léa. « J’ai conscience que le monde dans lequel on vit prône plutôt la minceur et que je souffre peut-être moins qu’une personne obèse. J’ai moins de problèmes pour trouver des vêtements, par exemple. Mais, cela ne veut pas dire pour autant que je ne souffre pas de ma condition. »

Mais, la situation est difficile à résoudre car les médias et la mode ont tellement appuyé sur la promotion de la minceur, qu’ils ont réussi à imprimer cela dans tous les esprits, jusqu’à provoquer des problèmes d’anorexie chez de nombreuses personnes. Difficile à présent pour eux de prendre une posture défendant la diversité corporelle sans être accusés, encore une fois, de faire l’apologie de la maigreur.

Fitadium seche

© 2008-2018 Prendredupoids.net | Contact | Copyright | Qui sommes-nous ? | Comment grossir